Inscription

Billet de blog

Le surpoids est, le plus souvent, associé à un mauvais contrôle pulsionnel

L'obésité serait liée à une tendance à l'addiction suggère une étude montrant que les personnes qui ont des antécédents familiaux d'alcoolisme ont un plus grand risque d'obésité. Cette étude est publiée dans la revue Archives of General Psychiatry.

Et, ce risque s'est accentué au cours des dernières années. Les personnes ayant de tels antécédents étaient plus susceptibles d'être obèses en 2002 qu'elles ne l'étaient en 1992.

Les dépendances à l'alcool et aux drogues sont liées héréditairement. Cette étude montre qu'il en est également ainsi de l'alcoolisme et de l'obésité. Mais elle montre aussi qu'une partie de l'augmentation du risque est fonction de l'environnement. Car c'est l'environnement qui a changé et non les gènes des gens, remarquent-ils.

Richard A. Grucza de l'Université Washington à St-Louis et ses collègues ont analysé les données de deux grandes études nationales américaines sur l'alcoolisme menées en 1992 et en 2002 auxquelles ont participé près de 80 000 personnes.

En 2002, les femmes ayant des antécédents familiaux d'alcoolisme étaient 49% plus susceptibles d'être obèses que celles n'ayant pas de tels antécédents. L'association était moins importante chez les hommes.

"Une grande partie de ce que nous mangeons aujourd'hui contient plus de calories que la nourriture des années 1970 et 1980, mais elle contient également le type de calories - une combinaison de sucre, sel et matières grasses - qui stimulent les centres du cerveau dits de récompense", explique Grucza. L'alcool et les drogues affectent ces mêmes parties du cerveau.

Une explication possible de l'obésité chez les personnes ayant des antécédents familiaux d'alcoolisme, est que certaines personnes peuvent remplacer une dépendance par une autre, dit Grucza. Ces aliments hyper-agréables au goût peuvent attirer davantage les personnes ayant des tendances addictives.

sources : Science Daiky/Psychomédia

Note de l'auteur : 

Donner des outils pour "reprendre le volant", faire que ce ne soit pas l'assiette qui consomme le mangeur, mais le mangeur qui consomme l'assiette est permis grâce à la remontée de la sérotonine par les glucides lents, la prise de magnésium, le contact fréquent avec l'eau et le  sport et grâce à une amplification de la dégustation, qui permet au plaisir et à la satiété de prédominer sur l'effet psychotrope du "remplissage stomacal"

Appréciation: 

0

Les bonnes adresses

Le parcours Okinawa : http://www.parcours-okinawa.fr

Okinawa Shop : http://www.okinawashop.fr