Inscription

Article

Longévité, ralentissement du vieillissement, prévention des pathologies dégénératives, stress oxydatif et nitratif, glycation, détoxification, DNA repair….

En 1890 un Français avait une espérance de vie de 46 ans, une Française de 49 ans. En 100 ans nous avons gagné 30 ans d’espérance de vie.

Le discours médical de ces dernières décennies a attribué ce progrès considérable aux progrès techniques de la médecine, comme les vaccins et les antibiotiques.

Or ceux ci ne diminuent que les morts précoces, mais n’allongent pas la durée de vie.

Depuis la proposition par Denham Harman de la théorie radicalaire du vieillissement, une énorme convergence de travaux indique que le vieillissement est principalement lié à une corrosion oxydative.

Lorsque l’on brûle des calories au feu de l’oxygène s’échappent des électrons libres qui endommagent les molécules en chaîne. Certains dégâts sont réparés, d’autres non, et ceci, de moins en moins avec l’âge.

C’est particulièrement important pour l’ADN, le support de notre informatique cellulaire, cible dans chaque cellule de 500 000 à 1 millions de lésions quotidiennes, qui sont réparées par des centaines d’enzymes. Malheureusement les gènes codant pour ces outils de réparation sont eux aussi cibles des agressions oxydatives. Et les lésions non réparées (mutations) s’accumulent avec l’âge, provoquant des baisses d’efficacité de chaque système et dérèglant l’équilibre oncogène-antioncogène, ce qui augmente la fréquence des cancers.

L’ADN modifié donne des protéines déformées, qui deviennent la cible du système immunitaire (auto-anticorps).

Mais tous les autres tissus : muscle, os, parois artérielles, coeur, foie, cerveau... sont aussi endommagés.

Des résidus de glucides modifiés s’y accumulent (réactions de Maillard). Le glucose se colle aux protéines, les inhibe et les rend plus oxydables.

Du fer se dépose dans les cellules et accélère l’oxydation et l’inflammation, elle même une forme d’oxydation qui peut affecter l’ensemble du corps, et de manière plus intense certains tissus, comme dans les pathologies neurodégénératives (Alzheimer ou Parkinson).

Les globules blancs activés engendrent des espèces radicalaires capables de provoquer des dégâts à distance (stress nitratif).

L’ensemble des pathologies dégénératives qu’elles touchent la vision, l’audition, le cerveau, le coeur et les vaisseaux, le système immunitaire, la tolérance au glu-cose s’avère corrélé au bruit de fond oxydatif et inflammatoire du vieillissement, amplifié par certains facteurs de risques, génétiques, environnementaux, nutritionnels ou comportementaux.

Toutes ces connaissances permettent aujourd’hui d’établir un programme de ralentissement du vieillissement, qui est automatiquement corrélé à la réduction de risques de maladies dégénératives, puisque c’est le même phénomène qui est derrière les deux.

On peut :

* réduire les émissions de radicaux libres
* maîtriser les catalyses radicalaires et inflammatoires par le fer et le cuivre
* neutraliser les radicaux libres
* augmenter les défenses anti-inflammatoires de l’organisme réduire les agressions par les polluants
*détoxifier
* réparer les tissus, et en particulier l’ADN grâce à des découvertes récentes
* améliorer le soutien énergétique de toutes ces fonctions.

Ceci est aujourd’hui objectivable par des analyses spécifiques des dégâts oxydatifs sur chaque catégorie moléculaire du corps et certains marqueurs du vieillissement comme la longueur des télomères.

Ces outils synthétisés dans un programme global peuvent fortement augmenter notre espérance de vie en bonne santé.

Une formation de deux jours sera donnée à Paris sur ce sujet les 27 et 28 Septembre 2014 (www.ienpa.com).

En attendant, une série d'émissions est programmée tous les jours à 18H55 à partir du Lundi 14 Juillet sur Arte : "Terres de longévitéwww.arte.tv/guide/fr/047825-006/terres-de-longevite

 

Appréciation: 

5

Les bonnes adresses

Le parcours Okinawa : http://www.parcours-okinawa.fr

Okinawa Shop : http://www.okinawashop.fr