Inscription

Article

La Nutrithérapie de l'Enfant et de l'Adolescent

Je vais donner les 17 et 18 Mai à Paris une formation sur La Nutrithérapie de l'Enfant et de l'Adolescent.

La santé d’un individu se construit dès avant sa conception. La qualité des ovules et des spermatozoïdes et surtout de leur ADN est un facteur essentiel.

Cela implique une médecine pré-conceptionnelle – qui reste entièrement à créer en France – à but d’optimiser le poids, les choix alimentaires, l’environnement des futurs parents, de diagnostiquer leurs déficits et de les corriger, de les aider à se débarrasser des médicaments non indispensables, à remplacer les psychotropes toxiques (tabac, alcool, sur-bouffe...) par de « bonnes drogues », d’identifier les facteurs de risques de complications de la grossesse et de l’accouchement comme la prise de poids, la tolérance au glucose, les risques thromboemboliques élevés pendant cette période, la vulnérabilité au stress, la tension pulsionnelle élevée qui favorise les dépressions du pré et du post-partum, etc...

Par ailleurs, aujourd’hui, on étudie de manière extensive les origines foetales des maladies de l’adulte. En effet l’exposition à des périodes critiques de la grossesse à des stress, des perturbations alimentaires, des polluants, en particulier perturbateurs endocriniens, même à de faibles doses, peuvent modifier l’épigénétique, ce qui se traduit par des risques importants de pathologies, qui seront par ailleurs transmissibles aux générations suivantes.

Les bilans et supplémentations péri-conceptionnelles actuelles sont gravement en retard par rapport aux connaissances, à commencer par la supplémentation en acide folique à vue de prévention des malformations du tube neural, qui ne tient pas compte des terrains génétiques identifiables par un dosage de l’homocystéine, ni des co-facteurs d’activation de la vitamine B9.

La santé de l’enfant et de l’adulte dépend ensuite de la qualité de la nutrition pendant le déroulement de la grossesse. Or,100% des femmes enceintes en France ne reçoivent pas les apports recommandés dans l’ensemble des nutriments-clés pour la croissance cérébrale in utero : oméga trois, zinc, magnésium, vitamine B9, iode !

Par ailleurs l’explosion hormonale et anabolique augmente les besoins dans la plupart des micro-nutriments, en particulier magnésium, zinc, vitamines B6 et B9.

Vient ensuite l’importance considérable de l’allaitement, dont la qualité dépend aussi étroitement de l’alimentation et de la supplémentation (pour ce qui ne peut pas être correctement apporté par l’alimentation)  de la femme allaitante.

Les deux pathologies les plus communes de l’enfant : infections et allergies, pourraient pour la plupart être prévenues par des mesures nutritionnelles et environnementales. De nombreuses études ont permis de développer une immuno-nutrition capable de renforcer les défenses que ce soit pour éviter ou sortir rapidement d’une infection. La vaccination elle-même pourrait être beaucoup plus efficace si les mesures nutritionnelles adaptées, comme l’apport en zinc, sans lequel il n’est pas possible de développer un taux efficace d’anticorps étaient prises.

La plupart des pathologies communes du nourrisson, de l’enfant et de l’adolescent peuvent être prévenues et/ou mieux traitées avec l’aide des outils nutritionnels et environnementaux dont nous disposons maintenant : troubles digestifs, troubles du sommeil, troubles du caractère et du comportement, problèmes de peau (de l’érythème fessier à l’acné), de même que les pathologies plus rares, de l’épilepsie à la mucoviscidose...

Mais la nutrition est aussi là pour favoriser le développement physique, intellectuel, affectif et personnel du nourrisson à l’adolescent qui passent par des phases de croissance exigeantes en énergie et  nutriments. Cette connaissance manque malheureusement aujourd’hui non seulement à la plupart des parents, mais aussi des professionnels de santé. Ceci entraîne beaucoup de mal-être, de difficultés scolaires, de réussite professionnelle et sociale et d’épanouissement personnel, avec une exacerbation à l’adolescence dont les conséquences sont parfois dramatiques. Tout cela pourrait être largement évité et modulé par des outils, comme ceux du contrôle pulsionnel, à partir du moment où ils sont intégrés avant la crise de l’adolescence.

Informations : www.ienpa.com

Appréciation: 

5

Commentaires

 

Bonjour,

J'ai récemment découvert votre site très intéressant, il est maintenant dans mes favoris concernant la santé. Les articles sont plus pointus que ceux que je peux lire ailleurs et ils les complètent à merveille, merci !

Pour un adolescent de 16 ans qui est très perfectionniste (limite maniaque) et très lent sur tout ce qu'il fait depuis toujours (même sur les tâches quotidiennes comme se laver), mais de plus en plus avec le temps ; et qui de plus manque d'organisation car il a une tension pulsionnelle élevée qui l'empêche de prioriser ses activités lorsqu'il est seul (la gratification instantanée passe avant les choses importantes et urgentes), quelles seraient les solutions ?

Pour la "gratification instantanée", il s'agit surtout de fringales sucrées (parfois salées), de satisfaction sexuelle et du surf peu productif sur Internet.

Je précise que côté mode de vie, j'ai déjà une alimentation saine à un niveau moyen (7 fruits et légumes/jour ; 0 à 4 portions de céréales complètes/jour (sauf blé et maïs), pas mal de bonnes graisses, 3 à 4 poissons gras sauvages/semaine, 5 à 6 oeufs bio/semaine, viandes blanches et rouges de basse qualité, pas de légumineuses (digestion problématique), pas de produits laitiers (goût inintéressant et nutritionnellement plus d'inconvénients que d'avantages), miel de châtaigner, sirop d'érable et sucre de fleur de coco comme sucrants, 2 carreaux de chocolat noir à 85 %/jour, pas d'alcool, eaux minérales Contrex et Evian en alternance). Par contre, je pêche pour le sommeil à cause de ma mauvaise gestion du temps, et étant donné ce problème on ne peut même pas penser à l'activité physique... Résultat : quasiment toujours fatigué.

Généralement, je me sais expert avec la théorie, mais mauvais avec la pratique. Selon mes parents, la psychologue scolaire m'aurait diagnostiqué "probablement dyspraxique" à l'âge de 7 ans. Petit, je tombais très souvent malade, même si cela s'est atténué avec le temps. J'étais en outre totalement rejeté par mes camarades à l'école (intello avec un an d'avance, centres d'intérêts différents et mauvais relationnel), ce qui s'est aussi atténué d'année en année. L'année dernière fut le maximum de ces atténuations. Enfin, mon alimentation a changé à partir de Mai 2013. Peut-être ces informations vous aideront à me conseiller d'une manière plus précise.

Selon moi, il faut attaquer les troubles sur trois fronts :

- Rééquilibrage des neurotransmetteurs :

Déficit léger en sérotonine et modéré en dopamine/noradrénaline/adrénaline, déficit en endorphines. (tests simplifiés disponibles sur Internet des livres The Diet Cure et Un cerveau à 100%)

A noter que j'obtiens un résultat largement positif pour les surrénales (14/8) et les allergies alimentaires (24/12), ainsi que presque positif pour la thyroïde (14/15) au test de The Diet Cure.

- Acides aminés :

L-Tyrosine 500 mg le matin à jeun (je l'utilise déjà) pour les catécholamines

5-HTP 50 mg le soir avant le coucher (que vous déconseillez) pour la sérotonine

DL-Phénylalanine 500 mg entre le petit-déjeuner et le déjeuner pour les endorphines et les catécholamines

- Vitamines et minéraux :

Synergia D-Stress 6 comprimés par jour pour le magnésium et les vitamines B

Vitamine C 275 à 380 mg par jour (en fonction du complexe généraliste choisi)

Si nécessaire, B-Complex de Bionutrics 1 comprimé par jour pendant 1 mois pour traiter l'éventuelle carence en vitamines B. Mais quid de la B9 sous forme d'acide folique (http://www.julienvenesson.fr/la-vitamine-b9-synthetique-augmente-le-risq...) et de la B3 à 50 mg alors que l'AMT est à 30 mg pour mon âge (http://www.passeportsante.net/fr/Solutions/PlantesSupplements/Fiche.aspx...) ?

- Complexe généraliste :

NuPower de Nutriting, dosage recommandé

ou Daily 3 de Supersmart, dosage recommandé

ou Multidyn Senior de Metagenics, dosage recommandé

- Acides gras polyinsaturés :

Oméga 3 EPA et DHA (éventuellement, je ne suis pas certain de leur utilité dans ce cas)

- Alimentation :

Thé vert de haute qualité 2 tasses par jour (présence de L-Théanine) pour la sérotonine, les catécholamines et le GABA

- Rééquilibrage du biotope intestinal et restauration de la membrane semi-perméable :

Etant donné que je tombais très souvent malade jusqu'à la fin du collège et que j'étais toujours constipé (alors que je croyais que non), mon biotope intestinal devait être mauvais. Les deux antibiothérapies à base d'Amoxicilline suivies depuis décembre ont décimé les bactéries, et suite aux vagues de fringales sucrées, je me suis retrouvé avec une hyperperméabilité intestinale qui s'est manifestée par un urticaire aigu généralisé (éradiqué en 3 jours avec une diététique stricte et un anti-histaminique). Néanmoins ces fringales ne sont pas terminées et l'équilibre reste fragile. La dysbiose se maintient.

- Alimentation :

Légumes lacto-fermentés tous les 3 jours

Fibres solubles majoritaires (appliqué)

Psyllium 3 cs/jour (en remplacement de la cs de son d'avoine/jour actuelle)

Limitation des aliments concentrés en glucides et pauvres en eau (appliqué sauf fringales sucrées)

- Compléments :

Gymnema Sylvestris 2 comprimés de 315 mg par jour pour annhiler le goût sucré

L-Glutamine 1500 mg par jour répartis en 3 prises de 500 mg entre les repas (je l'utilise déjà) pour reformer la membrane semi-perméable, sachant que la dose efficace est peut-être supérieure

et, éventuellement (mais cela fait déjà 8 à 10 compléments... cher pour mes parents et contraignant pour moi) :

Dysbios'aroma bio de Salvia, 4 à 6 capsules par jour avant les repas pour tuer les mauvaises bactéries intestinales à l'aide d'huiles essentielles (cure de 4 semaines)

Aloes Biotic de Salvia, 2 gélules de 300 mg par jour pour apporter 8 souches différentes de bactéries ainsi que 10 mg d'Aloe vera et 100 mg de L-Glutamine (cure de 4 semaines après la précédente)

Curcumactif 2 de Nutrixeal, 1 gélule de 250 mg par jour pour réduire l'inflammation intestinale et ainsi aider la membrane semi-perméable à se réparer plus rapidement

- Thérapies psychologiques :

J'ai moins d'informations sur cette approche pourtant capitale, mais il semble que les psychothérapies cognitivo-comportementales et l'hypnose ericksonienne soient les plus efficaces.

Autres considérations :

Présence d'acné modérée. Je pèse 59 kg pour 185 cm.

Résultats notables de mon bilan de santé (1er Août 2013) :

- Hématurie légère (1)

- Anisocytose, microcytose légères et hypochromie moyenne des hématies (VGM : 79 FI ; TGMH : 24,8 pg ; CCMH : 31,4 g/dL ; Hémoglobine : 13,3 g/dL ; Hématies : 5,35 téra/L ; Hématocrite : 42,3 %)

- Glycémie à jeun légèrement élevée : 1,00 g/L

- Hypocholéstérolémie  : 1,10 g/L dont 0,50 HDL et 0,52 LDL

- Tension assez basse  : 10,9/5,5

- Souffle systolique para-sternal gauche d'intensité modérée

 

Résultats notables de mon avant-dernière prise de sang (28 Mars 2014) :

- 1-25-dihydroxy-vitamine D : 119 pmol/L (50 ng/L) (erreur du médecin, il faillait mesurer la 25-hydroxy-vitamine D)

- Profil des globules rouges légèrement amélioré : VGM : 82 FI ; TGMH : 25,9 pg ; CCMH : 31,6 g/dL ; Hémoglobine : 13,8 g/dL ; Hématies : 5,35 téra/L ; Hématocrite : 43,7 %

- Hémoglobine A1C : 4,7 % (28 mmol/mol)

- Glycémie à jeun meilleure : 0,88 g/L

- Ferritine en déficit : 25 ng/mL

- Testostérone : 5,23 ng/mL

- Plus d'hématurie : moins de 1000 hématies/mL dans les résultats de l'ECBU

- Hypocholéstérolémie  : 1,11 g/L dont 0,48 HDL et 0,54 LDL

 

Résultats de ma dernière prise de sang, exclusivement pour la vitamine D (12 Avril 2014) :

- 25-hydroxy-vitamine D : 5 ng/mL (carence profonde)

Je vise un taux de 60-80 ng/mL, et j'ai déjà des flacons de ZymaD en gouttes. Je commence aujourd'hui la supplémentation avec 35100 UI (117 gouttes), à renouveler dans 3 jours. La semaine prochaine, je passerai à un apport quotidien de 5100 UI (17 gouttes/jour).

 

Le challenge est que les progrès doivent me permettre d'être dans les meilleures conditions pour mon bac à la mi-juin !

Quelles sont vos recommandations ?

Merci d'avoir pris le temps de lire ce très long commentaire

Bien cordialement,

Audran

 

(modifié 3 fois, 1ère publication le 13/04/2014 vers 9h)

 

Bonjour Audran

Excusez le retard de ma réponse, dû à un voyage... je viens d'arriver aux Philippines.

Je tiens tout d'abord à vous remercier de votre confiance qui me touche. 

Par ailleurs, vous vous rendez compte que je n'ai pas le droit de faire de consultation par Internet. Il faut donc considérer ma réponse comme de l'information.

Ce n'est pas un diagnostic, mais d'après tout ce que vous me dites, vous n'êtes pas seulement dans le grand "club" des personnes en "tension pulsionnelle élevée" et "perfectionnistes" (dont je fais partie, comme mon père en faisait partie), dont on peut penser qu'ils représentent plus d'un quart de la population, mais aussi dans le plus petit groupe (2% de la population), nés (c'est aussi génétique), avec une intelligence précoce.

Si cela vous intéresse, je vous conseille de lire de Jeanne Siaud Facchin deux livres : Les Surdoués et Trop intelligent pour être heureux. Le simple fait de comprendre comment vous fonctionnez à ce niveau apporte beaucoup de sérénité. Cette psychothérapeute qui travaille à l'Hopital de la Timone à Marseille (comme le psychiatre Marcel Rufo), a créé des centres pour aider les surdoués, surtout les plus jeunes, qui ont des problèmes d'adaptation dans le système scolaire (pas sûr que ce soit votre problème) :  Cogito Z (www.cogitoz.com)

Je déconseille en effet le 5HTP qui a tendance à gonfler les plaquettes en un puissant vasoconstricteur et à produire des faux neurotransmetteurs dans les circuits non sérotoninergiques.

Le nicotinamide (vitamine PP), un épargneur de tryptophane (Nicobion 500, en pharmacie), peut vous aider à le remplacer.

Je ne peux aussi que vous encourager fortement à équilibrer et à ponctuer votre vie intellecutelle hyper-intense par des activités physiques aussi intenses, quelles qu'elles soient, avec une préférence pour les activités dans l'eau dont le contact a des effets sérotoninergiques et endorphiniques.

La Tyrosine est trop dosée. Ce type de dose n'est valable que pour le jour même de l'examen. Avant cela remonte trop les cathécolamines périphériques, qui augmentent le médiateur du stress (la noradrénaline). 150 à 300 mg suffisent. Une forme à 150 mg vient de sortir (mc2). Il faut la prendre 20 minutes avant le petit déjeuner.

Par contre votre magnésium est sous-dosé. Je vous conseille plutôt la forme stick D Stress Booster (3  bien répartis sur la journée). Elle devrait vous permettre d'arrêter le son d'avoine et le psyllium, potentiellement irritants et inhibiteurs de l'absorption de minéraux.

L'Evian est peu dosée en magnésium. La Contrex, la Badoit, la Quézac, etc... sont plus riches en magnésium. Essayez d'en boire autour de 1,5 l par jour. cela contribue à apporter un peu de minéraux, à améliorer le transit et le débit cérébral sanguin...

Pour ce qui est de la vitamine D, il serait judicieux de refaire faire un dosage dans quelque temps pour vérifier que vous avez atteint un niveau optimal.

Enfin, pour la psychothérapie, oui, bien sûr, tout le monde peut en bénéficier. J'en suis "on and off" depuis 1980 !

Les techniques que vous citez sont en effet plus modernes, et dirigées vers des buts à court terme.

J'espère que ces informations vous seront profitables dans votre quotidien et pour aborder le bac, que vous n'aurez aucun mal à passer !

Bien cordialement vôtre

Jean Paul Curtay

 

 

 

Bonsoir,

Et merci pour ces commentaires! Après seult qqs lignes de lecture du commentaire d'Audran, j'ai immédiatemment pensé la même chose que vous, Jean-Paul, c'est-à-dire que nous avions à faire à un ado surdoué!

On m'a recommandé aussi de lire Trop intelligent pour être heureux, je ne l'ai pas fait mais je pense effectivement que cela intéressera surement Audran. Quant aux psychothérapies, de même, je recommande à 100%, cela ne peut que faire un plus grand bien surtout dans ces cas d'ados-adultes surdoués où l'incompréhension et le décalage avec son environnement peuvent être perturbant à certains moments de la vie mais, de même, j'ai l'impression qu'Audran a bien réussi à gérer cet aspect-là aussi! A mon époque, il y avait les BAPU (Bureau d'aide psychologique universitaire) gratuit pour les étudiants mais la précocité nécessite des psychothérapeutes au fait avec ce que l'on appelle des Z (et qui sont aussi souvent des adultes surdoués).

En tout cas, merci pour ce commentaire, très intéressant (et épatant), merci Jean-Paul pour ces réponses et surtout, Audran, si vous n'avez pas encore choisi votre orientation post-bac, je pense que vous pourriez faire un excellent médecin-nutrithérapeute!

Une bonne continuation

Nadia

ps: avez-vous pensé aussi à une candidose et vérifié également votre équilibre acido-basique?

 

Double post, voir commentaire suivant.

 

Bonjour Jean-Paul et nanaturo,

Merci pour votre intérêt et pour vos réponses pertinentes.

J'ai plusieurs hypothèses quant à la nature de mes troubles, et une intelligence précoce en fait effectivement partie. Les autres hypothèses sont un TDA/H (sans hyperactivité dans mon cas), le syndrome d'Asperger, la procrastination "classique", et le TOC de lenteur primaire (avec des obsessions d'ordre, de symétrie et d'exactitude, ainsi que des rituels d'ordre et de rangement qui me prennent plusieurs heures par jour).
D'après vos intuitions, on s'orienterait donc plus vers une intelligence précoce... Je rajouterais le TOC de lenteur primaire pour compléter le tableau.
J'ai entendu parler du livre Trop intelligent pour être heureux de Jeanne Siaud Facchin, les retours sont très majoritairement positifs et je le lirai, mais plutôt après le bac ! Simple question de temps.
Les centres Cogito'Z ont l'air intéressants : ils prennent en charge non seulement des enfants intellectuellement précoces (ou non) en difficulté scolaire (ou non), mais aussi les adolescents et les adultes surdoués et ceux qui suspectent de l'être (département Zébra). Les retours néanmoins sont mitigés sur la qualité de service : elle dépendrait grandement du professionnel avec lequel l'on est pris en charge. Logique me direz-vous, mais les variations de qualité sont très importantes. J'aimerais quand même tenter le coup et prendre un RDV, à voir avec mes parents. Du même coup j'aurais accès si nécessaire à une psychothérapie cognitivo-comportementale.

Pour le moment je n'ai utilisé que la L-Tyrosine, le son d'avoine et la L-Glutamine. J'attendais les recommandations de Jean-Paul pour aller plus loin.

D'accord, je remplace le 5-HTP par le Nicobion 500 dans ma liste de compléments.
Il y a beaucoup de moyens d'augmenter son niveau de sérotonine (http://fr.wikihow.com/augmenter-la-s%C3%A9rotonine), et parmi eux une activité physque régulière me ferait beaucoup de bien en effet : j'aime la natation, la course à pied, et la musculation. Faudrait-il investir du temps dans le sport avant le bac pour avoir des plages de détente et mieux travailler ensuite, ou bien serait-il plus sage d'attendre la fin de l'examen, sachant que même le sport demande du travail intellectuel (et même beaucoup avec moi) ? Une troisième option étant de pratiquer sans réfléchir pour "me défouler" et "me détendre" (natation seulement pour minimiser le risque de blessure).

La L-Tyrosine est trop dosée ? C'est pourtant le minimum conseillé dans le test internet simplifié de The Diet Cure et par d'autres sources. J'arrête d'en prendre jusqu'à acheter le MC2 de Synergia alors. D'ailleurs dans ce cas, la dose de vitamine C sera réduite de 50 mg.

Vous recommandez très souvent D-Stress Booster, qui est certes plus dosé que D-Stress, mais qui a des excipients douteux comme le sucralose (édulcorant cancérigène), et qui contient beaucoup moins de vitamine B6 même pour 3 sachets que 6 comprimés de D-Stress. Le problème du sucralose concerne aussi le MC2 : pourquoi Synergia ne choisit-il pas d'édulcorer avec de l'extrait de Stévia, bien plus sûr ? Enfin, en prenant 6 comprimés de D-Stress et en ajoutant l'apport en magnésium du complexe généraliste, on arrive à 220 mg (Daily 3) - 270 mg (Multidyn Senior) - 305 mg (NuPower) de magnésium élément par jour, ce qui est généralement suffisant pour une complémentation à long terme. Cependant, pour une cure d'attaque, il est vrai que D-Stress Booster est la seule formulation à ma connaissance qui apporte autant de magnésium de 3ème génération aussi facilement qu'en prenant 3 sticks par jour.
Je n'ai pas de problème de transit en dehors des périodes de fringales sucrées : je prends du son d'avoine pour ses fibres solubles, qui permettent selon ce que j'en sais de baisser l'indice glycémique des aliments, de nourrir le bon biotope intestinal, et de ralentir le transit. Elles auraient un effet positif sur l'acné par leur action dans l'intestin et sur la glycémie. Je suis donc curieux de savoir pourquoi le son d'avoine et le psyllium irriteraient l'intestin alors qu'ils contiennent surtout, d'après mes lectures, des fibres solubles : je croyais que c'étaient les fibres insolubles (son de blé, peau des fruits...) qui avaient cet inconvénient. Et un essai clinique espagnol suggère que les vitamines et minéraux restent bien absorbés en présence de psyllium (Sierra M, Garcia JJ, et al. Therapeutic effects of psyllium in type 2 diabetic patients.Eur J Clin Nutr 2002 Sep;56(9):830-42. : http://www.ncbi.nlm.nih.gov/entrez/query.fcgi?cmd=Retrieve&db=PubMed&lis...).

Pour les eaux minérales, j'alterne entre des eaux riches en calcium et en magnésium, et des eaux riches en bicarbonates. Les premières étant malheureusement riches en sulfates, donc acidifiantes, je compense cet effet par les secondes, qui sont alcalinisantes. J'ai toujours 2 packs d'eau chez moi. Auparavant je buvais Hépar et Quézac, mais je ne me suis pas fait au goût piquant des eaux gazeuses. Donc je suis passé à des eaux plates basifiantes : Évian ou Cristalline Chantereine principalement. Mais elles le sont beaucoup moins que Quézac. De l'autre côté, j'ai donc réduit la charge acide en passant à Contrex, qui a moins de sulfates que Hépar. Voici une excellente vidéo sur ce sujet : http://www.naturacoach.com/blog-nutrition/quelle-eau-boire-pour-votre-sa...

Et cela répond à nanaturo sur l'équilibre acido-basique : Oui, je m'en occupe à coups de fruits, de légumes, d'épices, d'aromates, d'eaux basifiantes... Mais je sais que je suis à la limite de l'acidose à cause des fringales sucrées. Par exemple le soir, quand je mange trop de sucre et de blé raffiné à la suite de ces fringales (et encore plus lorsqu'il y avait des protéines animales au dîner), j'ai souvent des crampes douloureuses qui me réveillent dans la nuit. Aussi certains affirment que le sucre raffiné est très acidifiant car il nécessite l'intervention de beaucoup de micro-nutriments du corps, pour le casser en glucose et fructose puis le faire passer dans le sang (principalement du magnésium et des vitamines du groupe B), qui sont ensuite perdus. D'autres disent qu'il est neutre car il a un indice PRAL de 0. Où est la vérité ?

Tout à fait, je referai un dosage de vitamine D après le bac. Je remarque déjà que mes douleurs de poitrine, que je ressens habituellement lorsque je manque de sommeil et après les fringales sucrées ont beaucoup diminué depuis que je me supplémente.

J'ai pensé à une candidose car je connais bien le rapport étroit entre l'infection à Candida, le sucre, les antibiothérapies, l'hyperperméabilité intestinale, etc... En essayant un test symptomatique (http://www.candida-albicans-cure.com/candida-albicans-symptoms.html), j'obtiens 9 points, ce qui correspond à une possibilité d'infection. Je ferai demain matin ce test simple (http://www.candida-albicans-cure.com/candida-test.html) de la salive dans un verre d'eau pour être fixé.

À Jean-Paul : Les compléments que vous n'avez pas repris dans votre réponse sont tous utiles, bien choisis et dosés ? Il s'agit pour rappel (légèrement modifié) : de la DL-Phénylalanine (500 mg), de la vitamine C (225 à 330 mg), de B-Complex de Bionutrics (1 mois), du complexe généraliste (lequel des trois est le meilleur ?), des Oméga 3 (nécessaire ?), et du thé vert (certainement matcha) à 2 tasses par jour pour les neurotransmetteurs ; ainsi que de Gymnema Sylvestris (2*370 mg), la L-Glutamine (3*500 mg), Dysbios'aroma bio de Salvia (éventuellement, 4 à 6/jour pendant 1 mois), Aloes Biotic de Salvia (éventuellement, 2/jour pendant 1 mois après Dysbios'aroma bio), et Curcumactif 2 de Nutrixeal (éventuellement, 250 mg) pour la santé intestinale et l'arrêt des fringales.
Si ces compléments pouvaient être hiérarchisés comme dans votre article récent sur la fibromyalgie, ce serait un grand avantage.

Et finalement, pour répondre à nanaturo : Je suis comme vous le voyez très intéressé par la nutrition en général et la micro-nutrition en particulier. Devenir médecin-nutrithérapeute me plairait beaucoup ! Je considère la nutrithérapie comme la médecine qui a le potentiel le plus élevé d'entre toutes. Elle va révolutionner nos conceptions de la santé. Travailler dans ce domaine serait ma deuxième préférence. Ma première est ma passion depuis toujours : l'astronomie. Je vais suivre des études de physique et d'astrophysique pour arriver à mon objectif professionnel principal : devenir astrophysicien.

Avec tous mes remerciements,

Audran

 

Audran,

On ne peut pas avoir de doute quant à votre "surdouance", votre réponse hyperfouillée en est une démonstration flagrante... Vous verrez en lisant Jeanne Siaud-Facchin que c'est plus une hypersensibilité générale, liée, en partie à une vitesse de conduction nerveuse et parfois à une prolifération de neurones continuée après la phase "normale" de développement cérébral...

Une des dernières pistes est une anomalie du transport du chlore dans les neurones qui inverse les effets du GABA stimulant la multiplication neuronale.

Pour en savoir plus : http://presse-inserm.fr/un-essai-clinique-prometteur-pour-diminuer-la-se...

De fait, il y a un chevauchement très probable entre l'intelligence précoce et la forme d'autisme "hyper-intelligent", dit d'Asperger, qui est loin d'être forcément invalidant. Léonard de Vinci, Michel Ange,  Mozart, Goya, Beethoven, Darwin, Nietzsche, Evariste Galois, Einstein, Van Gogh, Alan Turing, Ettore Majorana... étaient très probablement Asperger. Plus près de nous, Jacha Heifetz et Nathan Milstein considérés comme faisant partie des plus grands violonistes de tous les temps, Vladimir Horowitz et Glen Gould, leurs équivalents pour le piano, Mark Rothko, Keith Haring et Jean Michel Basquiat, deux autres peintres exceptionnels à la création fulgurante (malheureusement tous deux morts très jeunes), Isidore Isou, le fondateur du Lettrisme et l'auteur de La Créatique, Alexandre Grothendieck, un mathématicien d'une envergure inouïe, Aaron Swartz, un informaticien qui a co-inventé le RSS à l'âge de 14 ans et lisait en moyenne 70 livres par an (et qui s'est tristement suicidé à l'âge de 26 ans)... l'étaient de toute évidence aussi.

Le problème est que cette hypersensiiblité est une hypersensibilité aux "bonnes" et aux "mauvaises" choses. Aux bonnes choses, cela donne une curiosité insatiable dans de nombreux domaines et une capacité d'observation hors du commun (suivi d'une intégration et de percées fulgurantes dans la compréhension, la découverte, l'invention). Aux mauvaises choses, cela donne, une répulsion pour beaucoup de comportements indésirables, de l'insécurité, de l'anxiété, un grand manque de confiance et une forte tendance à la dépression, parfois, une grande difficulté d'adaptation à la réalité d'une société encore très primairement "reptilienne", préoccupée d'abord de sa survie et de son confort par la dominance, même quand c'est aux dépends des autres. Et c'est souvent particulièremenr aux dépends des créateurs qui sont rejetés, ignorés, laissés sans moyens à la hauteur de leurs besoins de créer, de leur vivant, puis mythifiés et hyper-exploités après leur mort. 

Les TOC semblent être une défense par rapport à ces aspects négatifs, ayant pour fonction de contrôler, de sécuriser, de même que l'hyper-investissement intellectuel et la distance affective. Le manque de confiance et le perfectionnisme, entraînent lenteur et procrastination. Vinci a laissé inachevées la plupart de ses oeuvres et a accumulé, comme beaucoup des géants culturels cités, des masses d'idées et de dessins dans ses carnets, non publiées. Darwin a mis des dizaines d'années avant de publier son Origine des Espèces, et ne l'a fait que forcé de le faire, après avoir reçu une lettre formulant ses mêmes idées sur l'évolution par Wallace. 

Il y a un lien entre la tension pulsionnelle élevée (la plus banale), le perfectionnisme, la procrastination, les TOC, Asperger et les difficultés existentielles et relationnelles.

Pour ce qui est de hiérarchiser :

je mettrais les activités physiques en tête, en effet la natation est ce qu'il y a de plus efficace (donc ne pas attendre le bac pour commencer, tout en étant progressif et en ménageant le confort de temps pour les révisions)

ponctuer la journée par elles, des moments dans la nature, de la relaxation, des massages, du yoga ou du chi kung, de la méditation (difficile pour un surdoué, bien qu'encore plus nécessaire !)

ensuite un bon sommeil (régularité des heures de coucher et lever, pas trop d'écran le soir, etc... - je vais bientôt publier des textes plus dévbeloppés sur le sommeil)

le magnésium (pour ce qui est du sucralose, les dérivés carcinogènes n'apparaissent qu'à la cuisson, on ne cuit pas les compléments alimentaires, ceci dit le labo devrait en effet remplacer cet édulcorant imparfait par la stévia)  - en ce qui concerne la dose elle se situe entre 600 et 900 mg élément par jour et donc l'addition de 6 comprimés de D Stress (180 mg) et de deux Multidyn Senior (180 mg) est probablement trop juste (après c'est à vous, avec le ressenti de l'énergie et la réactivité au stress qui pouvez trouver votre "dose de croisière")

la cure de vitamines B d'un mois

le nicotinamide

le complexe généraliste (c'est Multidyn Senior le plus complet)

Pour votre avenir, je pense que tout est possible. L'astrophysique est absolument fascinante (si vous allez sur ma page Facebook, vous verrez beaucoup de notes sur ce thème). Et évidemment, je me réjouirais de vous voir approfondir la nutrithérapie, sur laquelle vous savez déjà beaucoup plus que la plupart de mes confrères et consoeurs médecins !

Bien cordialement vôtre

Jean Paul Curtay

 

 

 

Audran,

Je me permets de vous renvoyer à l'article portant le même titre que ma réponse qui est un peu plus développé.

Et je souhaite attirer votre attention sur une des additions dans cet article, concernant les moyens de vous renforcer :

"- un puissant réseau de soutien affectif (et autant que possible une sexualité épanouie)

- un bon sommeil

une négociation entre son enfant intérieur qui n'a pas de limites et son parent intérieur qui prend des décisions "réalistes" pour s'adapter aux contingences, se cadrer, respecter des échéances, les deux étant vitaux, trouver le rythme qui alterne compromis adaptatif de confort avec investissement libre, intemporel, audace créative ++++"

Par ailleurs, même si je suis persuadé que vous êtes porteur de "surdouance", je vous rappelle que ce n'est pas un diagnostic de ma part. Et ceci, encore moins en ce qui concerne un possible "autisme d'Asperger". Vous avez mentionné vous même cette possibilité. J'ai désiré compléter votre information sur les liens entre surdouance, Asperger et des troubles que vous décrivez, mais seule une minorité de surdoués peuvent être aussi "Asperger".

Il peut être délètère de s'inquiéter de cette "étiquette" d'autiste qui est encore connotée négativement dans l'esprit de beaucoup de gens. Ce n'est évidemment pas le but (et pas non plus mon opinion, en particulier pour la forme Asperger qui est potentiellement un atout exceptionnel, une fois un mécanisme efficace d'adaptation mis en place)

 Quand vous aurez passé votre bac - la priorité, comme vous l'avez très bien exprimé, et je perçois en cela que vous avez un "parent intérieur" fort, ce qui vous aidera puissamment à trouver du bien être et des voies positives d'évolution -, vous trouverez le loisir de vous renseigner plus sur ce sujet s'il vous intéresse.

En attendant, je vous souhaite de poursuivre avec sérénité et confiance

Bien cordialement vôtre

Jean Paul Curtay

 

Bonjour Jean-Paul,

Merci beaucoup pour votre aide précieuse et détaillée ! Je n'aurais clairement pas pu espérer mieux.

Juste un message intermédiaire : Le test salivaire de candidose est positif. Apparemment ce test aurait une fiabilité de 90 %. Le régime anti-candida conseillé est très proche du mien, sans fringales sucrées et sans les céréales complètes à gluten. Je suis le régime sucrophobe décrit ici : http://www.dur-a-avaler.com/comment-limiter-sa-consommation-de-sucre-4-e.... Je suis en Phase IV version "soft" : la même chose sauf toutes les céréales complètes (excepté le blé et le maïs) qui sont autorisées avec modération.
Donc la partie des compléments sélectionnés pour la santé intestinale suffit ?

Bien cordialement,

Audran

 

Bonjour,

 

Je m'excuse tout d'abord de ne pas avoir répondu plus rapidement, je devais préparer les épreuves orales et de compétences expérimentales du bac, et en ajoutant ma tension pulsionnelle élevée et ma procrastination, il était difficile de dégager plusieurs heures pour rédiger une réponse comme celle-ci.

 

 

J'ai complété des tests en ligne (oui, j'adore les tests) sur le syndrome d'Asperger pour mieux me situer : Aspie-Quiz et RAADS-14 Screen. Voici les résultats de l'Aspie-Quiz : http://pix.toile-libre.org/?img=1401644260.png

Avec :

Talent Aspie : 9,5/10 - Score élevé lié à la douance

Talent neurotypique : 2,7/10 - Score bas lié au TDA/TDAH

Compulsion Aspie : 7,9/10 - Score élevé lié aux TOC

Compulsion neurotypique : 2,9/10

Social Aspie : 6,2/10

Social neurotypique : 4,9/10

Communication Aspie : 4,3/10

Communication neurotypique : 4,8/10

Recherche Aspie : 3,8/10

Recherche neurotypique : 6,7/10

 

Et voilà ceux de RAADS-14 Screen : 18/42 au total et 6/15 aux 5 premières questions

Avec :

Difficulté de mentalisation : 9/21

Anxiété sociale : 6/12

Hypersensibilité sensorielle : 3/9

 

Mes résultats dans ces tests informatifs sont intermédiaires entre ceux attendus pour les neurotypiques et pour les Aspergers. Peut-être qu'ils suggèrent un autisme d'Asperger léger, ou seulement des traits de personnalité qui vont dans ce sens.

 

Je me reconnais dans l'hypersensibilité que vous décrivez, qui était plus marquée lorsque j'étais plus jeune : curiosité très puissante (avant sur tout, mais dépend maintenant de l'intérêt) désir de savoir et de comprendre (toujours présent), hyper-investissement intellectuel (pour certains sujets précis, toujours présent), répulsion envers beaucoup de comportements indésirables (elle a toujours été masquée par la crainte, mais maintenant je sais d'où celle-ci vient et elle est progressivement remplacée par de l'indifférence), anxiété constante et insécurité concernant les relations aux autres (disparue, sauf lorsque l'attention de tous se porte sur moi), parfois au primaire et au collège des crises car je ne voulais plus fréquenter l'école (vécue comme un enfer).

 

Je remarque que je pense fréquemment à des interactions sociales passées blessantes ou valorisantes quand je suis seul, et que j'ai un goût prononcé pour les situations imaginaires dans lesquelles je peux montrer ma « puissance » (aussi bien intellectuelle que physique ou émotionnelle) aux autres, ainsi qu'à des univers fictifs (destinés surtout à un public plus jeune) où les personnages exposent leurs pouvoirs (dans plusieurs domaines et de différentes manières) : je me sens très proche d'eux et je prends beaucoup de plaisir à reproduire leurs actions ou à ressentir leurs émotions (et même si c'est impossible, l'essentiel est que l'idée y soit). Dans ces univers, je peux trouver des « messages cachés », voire des fragments de principes (que leurs créateurs auraient glissé pour les fans) à partir desquels j'élabore une théorie, mais que je personne n'a relevé après recherche. Peut-être qu’inconsciemment (je ne le comprends que maintenant en faisant le point pour rédiger cette réponse) ce sont des tentatives d'augmentation de confiance ? Ce qui est curieux, c'est qu'à l'extérieur, j'ai plus confiance en mes gestes lorsque je suis peu entouré voire seul (à quelques exceptions comme lorsque j'entre en cours au lycée : je suis très confiant quand je viens de m’asseoir) , mais que chez moi, je suis moins confiant dans ces mêmes conditions que lorsque ma famille est présente (mais sans être anxieux pour autant), et l'intensité du perfectionnisme et la tension pulsionnelle augmentent.

 

 

Après avoir lu quelques informations sur le sujet, je me demande si l'autisme d'Asperger est une différence ou une maladie ? Les experts qui ont crée le RAADS-14 Screen le considèrent comme une différence, tandis que pour l'Autism Research Institute et le Defeat Autism Now ! il s'agit d'une « maladie multifactorielle ». Étant le trouble du spectre autistique le plus léger, on peut sans doute le considérer comme une différence tant qu'il n'interfère pas négativement dans la qualité de vie globale de la personne ?

La cause principale de l'autisme d'Asperger est-elle génétique, ou environnementale (voire épigénétique) ? Il semble que le nombre de personnes diagnostiquées par an augmente beaucoup depuis son ajout au DSM-IV. Est-ce grâce à la meilleure connaissance de cette particularité et donc d'un meilleur diagnostic, ou bien grâce à des causes environnementales plus fréquentes qui touchent de plus en plus d'individus (comme pour les allergies, les diabètes, les maladies cardio-vasculaires, les cancers...) sans forcément considérer le syndrome comme une maladie ?

 

Concernant les traitements de l'autisme d'Asperger : certains veulent l'éradiquer à terme (maladie) mais d'autres préfèrent que seuls les côtés négatifs de l'hypersensibilité (commune aussi aux surdoués si j'ai bien compris?) soient combattus. Par exemple, un article dans ce numéro (http://www.nutranews.org/data/pdf/numeros/fr/nutranews200407.pdf) de NutraNews de juillet 2004 interviewe une spécialiste de l'autisme (toutes formes confondues) du Defeat Autism Now ! : elle conseille une action de purification de l'intestin par un régime sans gluten et sans caséine, des antifongiques et des probiotiques, puis une supplémentation adaptée à chaque cas personnel, et ensuite de l'orthophonie, de la psychomotricité et des techniques éducatives. Ici on parle de troubles graves du spectre autistique, mais l'interviewée affirme qu' « avec le même bilan biologique, vous pouvez être autiste, asperger ou hyperactif ou, encore, enfant précoce ».

Un site américain de vente de compléments alimentaires (http://www.autismcoach.com/) pour l'autisme (mais qui envoie seulement aux États-Unis) propose dans la même idée des substances qui feraient défaut aux personnes autistes et qui sont toujours dans leur meilleure forme (le plus assimilable, la plus efficace et la mieux tolérée) : la nutrithérapie est-elle vraiment si efficace contre les formes lourdes d'autisme ? Et en est-il de même pour le syndrome d'Asperger ?

Les troubles du spectre autistique sont considérés comme une maladie ici. Un Asperger qui suit ce protocole verra toutes les particularités liées disparaître, ou biens seulement les côtés négatifs ?

Cependant, cet article date de presque 10 ans et un site vendant des compléments n'est pas le mieux placé pour parler de leur utilité en toute indépendance. Où en est-on aujourd'hui sur le statut de l'autisme d'Asperger (différence, maladie) et les actions à effectuer lorsque l'on est concerné ?

 

 

 

Je me suis servi des listes de mesures que nous avons rédigé auparavant pour établir une nouvelle liste hiérarchisée qui combine les différents éléments dans une chronologie respectable. Le but de ces mesures est de vivre plus sereinement, et de réduire efficacement les côtés négatifs de l'hypersensibilité présumée. On peut remarquer qu'elle est en accord avec la théorie des 3 cerveaux : on cherche à solliciter le « cerveau émotionnel » et le « cerveau physique » et à laisser le « cerveau intellectuel » se reposer plus souvent. La liste est aussi similaire à ce que l'on recommande contre le stress et pour récupérer de la fibromyalgie.

 

Mais avant de la donner, j'aimerais parler du fait que mes parents sont très axés sur la volonté pour faire cesser le perfectionnisme, les TOC et la lenteur. Pour eux, il s'agit du premier moyen qui permettrait de sortir d'un « comportement pathologique ». Ils parlent de la volonté directe : par exemple de réduire mes protocoles (à table, dans la salle de bain...), d’accélérer certains gestes, d'avoir un état d'esprit « cool » (à l'opposé du perfectionnisme), de ne pas me disperser et de rester concentré... Or je peux le faire mais cela ne dure jamais longtemps (de quelques minutes à 2 jours). Selon moi, la volonté devrait plutôt être dirigée vers les activités « anti-perfectionnistes », génératrices de confiance et canalisatrices de pulsions. Orienter la volonté directement sur les symptômes de l'hypersensibilité n'est pour moi pas efficace à long terme (sauf dans le cadre d'une psychothérapie cognitivo-comportementale). Pour mes parents, j'ai affaire à un problème de maturité (pour ma mauvaise organisation et mon apparente inaction directe). Je serais en train de « m'auto-handicaper » pour justifier de mon inaction quand je leur parle des neurotransmetteurs, de la perméabilité intestinale, etc... Mon comportement serait immature, surtout à l'approche du bac (car j'ai beaucoup de mal à me mettre à réviser avec tout le temps que je perds, mon manque d'intérêt au contenu de la plupart des cours et mon niveau d'énergie qui chute brusquement lorsque enfin je commence). Par exemple ce week-end j'ai fait passer la rédaction de cette réponse (il m'a fallu 6 h 30) avant mes révisions, et ils qualifient cela de « bêtise ». Mais je ne m'auto-handicape pas car je n'affirme pas que je suis ainsi depuis toujours et que c'est inchangeable. Je propose des solutions variées, durables, naturelles, efficaces et j'agis du mieux que je peux.

 

Voici donc la liste actuelle hiérarchisée des mesures à prendre : les 3 grands axes sont d'importance égale, et la hiérarchisation est faite à l'intérieur de chacun.

 

Rééquilibrage des neurotransmetteurs :

 

-  Activités physiques intenses et progressives : natation (avant le bac), musculation et course à pied (après le bac)

Pendant les grands intervalles de temps libre (week-end, peu de cours...)

 

-  Activités de relaxation : détente, massages, moments dans la nature, musique douce, cohérence cardiaque (avant le bac), Qi Gong (initiation probablement avant le bac) et méditation (après le bac)

Plusieurs fois par jour, entre les périodes de travail (pauses de 5 min toutes les 25 min ou de 10 min toutes les 50 min)

 

-  Puissant réseau de soutien affectif : famille et amis

Se comporter d'une manière favorisant la socialisation et la bonne humeur (j'ai longuement appris la théorie, et en pratique je me débrouille un peu mieux)

 

Le précédent ex-æquo avec le suivant :

 

-  Sommeil de qualité en quantité maximale

Les progrès dans la rapidité et le contrôle de la tension pulsionnelle permettent un bon sommeil

 

-  Magnésium de 3ème génération : D-Stress Booster

3 sachets par jour dans un verre d'eau en 2ème partie de repas (cure d'attaque), puis en fonction des besoins

 

-  Vitamines B en cure d'un mois : B-Complex

1 comprimé par jour à la fin du goûter

 

-  Vitamine B3 (nicotinamide) : Nicobion 500

1 comprimé par jour

 

-  Complexe généraliste : Multidyn Senior

1 sachet par jour vers la fin du petit-déjeuner

 

-  Vitamine C : Vit'All+ VITAMINE C 360 + Bioflavonoïdes (car pas trouvé de vitamine C synthétique facilement dosable)

1 comprimé par jour à distance d'un repas contenant du fer

 

-  L-Tyrosine : Synergia MC2

1 comprimé par jour entre 2 repas pendant les révisions du bac et le temps des épreuves écrites

 

Rééquilibrage du biotope intestinal et restauration de la membrane semi-perméable :

 

-  Alimentation saine de niveau moyen (avec régime sucrophobe allégé de phase IV)

 

-  Gymnema Sylvestris : Phyto-One Gymnema Sylvestris Bio

2 gélules par jour au début des repas à risque ou lorsque nécessaire

 

-  L-Glutamine : Sci-Mx 100% Pure Glutamine 500g (bon rapport quantité/prix, mais bonne qualité ?)

Une cuillère à café rase (5g) 1 fois par jour entre 2 repas

 

-  Huiles essentielles en cure d'un mois : Salvia Dysbios'aroma bio (efficace contre les candidoses ?)

4 capsules par jour, 1 avant chaque repas

 

- Probiotiques en cure d'un mois : Salvia Aloes Biotic (mieux en sachet ?)

2 gélules par jour, le matin à jeun

 

- Fibres solubles : Psyllium blond bio en téguments

3 cuillères à soupe par jour (en remplacement de la cuillère à soupe par jour de son d'avoine actuelle)

 

- Anti-inflammatoire : Nutriting NuCurcumaHD (ou équivalent moins cher chez Vitacost)

2 gélules par jour avant le coucher

 

Thérapies psychologiques et diagnostics :

 

-  Centres Cogito'Z (avec diagnostic de douance et psychothérapies cognitivo-comportementales)

Après le bac

 

-  Livres de Jeanne Siaud-Facchin : Trop intelligent pour être heureux et Les surdoués

Après le bac

 

-  Psychologue formé au diagnostic du syndrome d'Asperger ou CRA (Centre de Ressource Autisme)

Après le bac

 

-  Hypnose ericksonienne

Après le bac

 

-  Négociation entre son enfant intérieur qui n'a pas de limites et son parent intérieur qui prend des décisions réalistes pour s'adapter aux contraintes.

Maintenant : trouver un rythme approprié qui satisfait les deux entités

 

 

La liste a été écrite après discussion avec mes parents. On a décidé de reporter le dernier axe pour après le bac en raison du temps nécessaire aux rendez-vous, aux séances, etc... Et je ne crois pas qu'il soit bon d'arriver au bac en risquant d'être impacté psychologiquement par des diagnostics. Les seuls points de discorde concernent les moments pour la natation (après le bac serait mieux pour eux) et le prix des compléments (le magnésium seul est trop cher même à 2 sachets par jour et je suis obligé de le prendre par intermittence pendant les périodes d'examen). Il faut donc que je parle avec eux des prix précis, car plusieurs compléments s'arrêtent à court ou moyen terme. Après pour la natation, je ne suis pas sûr que je vais la reprendre avant le bac vu qu'il ne reste que 15 jours et que j'aimerais justement utiliser ces grands intervalles de temps libre pour réviser.

D'autre part, je n'ai pas bien compris la négociation « enfant intérieur/parent intérieur » : s'agit-il « seulement » de trouver un bon rythme ?

Auriez-vous un avis sur le sommeil polyphasique et ses différentes formes (la forme « Überman » par exemple) ?

 

 

J'ai effectivement un parent intérieur fort dans la réflexion et l'élaboration de projet, mais bien plus faible dès qu'il s'agit de l'application concrète du projet (et c'est là le problème).

 

Je vous remercie profondément pour vos réponses détaillées et pertinentes pour une situation peu courante, et même si elles n'ont qu'une valeur informative, elles m'aident beaucoup à me comprendre.

 

Bien cordialement

Audran

 

Bonjour Jean-Paul,

J'aurais une question supplémentaire que j'ai oublié d'évoquer : comment savoir si je suis concerné par l'anomalie du transport du chlore dans les neurones ? En prenant du GABA et en observant si les effets négatifs s'accentuent ? Ou bien en prenant un diurétique et en constatant si l'inverse se produit ?

Merci

Audran

 

J'arrive un peu tard, 

mais à la lecture de cet échange, j'en reste bouche bée ... avec mes petites études de naturopathe 2eme année, je peine à vous suivre ... :-))

Je me pose une multitudes de questions depuis la naissance de mon fils, 6 ans aujourd'hui qui est très sensible, très lent,  doué ... et pour qui je n'ai pas encore fait de démarches pour "diagnostiquer quoi que ce soit" ... 

J'espère que le bac a eu lieu et que vous avez trouvé une voie sereine Audran :-))

 

MJS

Les bonnes adresses

Le parcours Okinawa : http://www.parcours-okinawa.fr

Okinawa Shop : http://www.okinawashop.fr